Sidney Olcott, le premier oeil

 !  Le Blog

 


19 décembre 2016


 

 

 

 

Sidney Olcott réalise des dessins animés

Voici un épisode méconnu de la carrière de Sidney Olcott. Le 4 janvier 1015, sort sur les écrans le premier film de la série des Bertlevyettes, des films qui combinent des vues réelles à des séquences animées. D’une durée d’une bobine, ils ont été écrits et produits par Bert Levy et réalisés par Sidney Olcott. Ils sont distribués par la World Film Company.
Né en Australie, Bert Levy est un dessinateur et caricaturiste très populaire qui fait des exhibitions sur scène.
Bert Levy apparaît au début du film esquisse au crayon un portrait à l’écran qui va peu à peu se dévoiler et apparaître nettement. Le visage d’une personnalité célèbre.


Le premier film présenté le 4 janvier « Great Americans Past and Present » met en scène Washington, Lincoln, Grant, Lee, McKinley, Woodrow Wilson…

Trois autres films compléteront la série des Bertlevyettes :

Le 11 janvier : « Famous Men of Today »

Le 18 janvier : « Famous Rulers of the World »

Le 25 janvier : « New York and Its People »


Le 14 février 1915, « Great Americans Past and Present » est projeté à Sing Sing, la célèbre prison au nord de New York, en première partie de la projection de « Alias Jimmy Valentine » produit par Peerless Company, réalisé par Maurice Tourneur et distribué par World Film. Le distributeur respectait sa promesse d’organiser une séance spéciale à Sing Sing en échange de pouvoir tourner des séquences du film dans la prison.
Apparemment les films ont disparu.

Le 20 août 1918, The Film Daily relate l’appel du procès intenté par Bert Levy et Sidney Olcott contre la World Film Company. Levy et Olcott réclament le retour des négatifs de la série des « Bertlevyette » écrite par Bert Levy, réalisée par Sidney Olcott et diffusée en janvier 1915. Selon les plaignants, les négatifs ont été confiés à la compagnie le 30 novembre 1914 contre la promesse d’en tirer des positifs et de les retourner à leurs auteurs. Ils racontent qu’ils ont mis au point un procédé unique pour faire ces films : les images sont dessinées à l’aide d’un crayon sur du verre foncé puis projetées sur une feuille qui est ensuite photographiée à l’aide de d’objectifs divers. Lévy et Olcott réclament $ 2 000 de dommages et intérêts par film.

L’audience apporte un certain nombre d’informations. Un les films n’ont pas marché. « Ils ont été mal exploités », affirme Olcott. Le trésorier de la World Film, Briton N. Busch témoigne : « Great American » a coûté $920 et a rapporté $920, « New York and Her People » a rapporté $673 pour un coût de $905, « Famous Rulers » $446 pour un coût de $907 et « Famous Men » $377 alors qu’il a coûté $876. Bref c’est un échec commercial.

Lewis Selznick le président à l’époque reconnaît : « La compagnie n’a pas gagné assez d’argent pour financer le tirage des positifs. Et les films ne se vendaient pas. » Et puis il affirme qu’il a donné de l’argent aux plaignants en gage d’amitié.
Le tribunal condamne la World Film Company à payer $1 500 de dommages et intérêts par film plus $68,11 x 3 pour les frais.

World Film Company fait appel du jugement. Et Variety, le 7 mars 1919, relate que la cour qui casse la décision car les négatifs ont finalement été rendus.



Articles complémentaires


Archives

A Los Angeles, Gene Gauntier retrouve les anciens de Kalem

La liste des films d'Olcott toujours visibles

Deux Olcott parmi les 50 films préférés de D.W. Griffith

Les films de Sidney Olcott sortis en France

A Hollywood, Sidney Olcott est le roi du déménagement

Tony Slide ouvre un nouveau chapitre sur les O'Kalems

Malcolm Lowry, Robert Desnos et Sidney Olcott

Sur le plateau de Monsieur Beaucaire parlez français!

Le certificat de décès
de Gene Gauntier à Cuernavaca

Morte au Mexique, Gene Gauntier est enterrée en Suède

Voir la vidéo de "Egypt as it Was in the Time of Moses"

Olcott tourne "The Amateur Gentleman" chez un avocat

Valentine Grant, jeune fille

Sur RTE Radio, l'histoire
des O'Kalems

Dans les archives de RTE, l'épopée des O'Kalems

Vignola raconte les conditions
de la mort d'Olcott

Sur les traces d'Olcott en Egypte et en Palestine

Le Christ d'Olcott n'est pas
celui qu'on croit

Olcott a cherché à devenir
un citoyen américain

Philly, le domestique d'Olcott disparaît en Egypte. Assassiné ?

Enfin ! La tombe d'Olcott existe. J'ai vu sa photo !

Le beau-frère de Gene Gauntier est le Bill Gates de l'époque

Happy Birthday,
Miss Valentine Grant

Un meurtre dans l'immeuble d'Olcott


©2009 Michel Derrien
contact