Sidney Olcott, le premier oeil

 !  Le Blog

 


29 mars 2014


 

 

 

 

Philly, le domestique d'Olcott disparaît en Égypte, peut-être assassiné


Qu'est-il arrivé à Philly ? Le domestique de Sidney Olcott avait un billet sur un paquebot devant le ramener en Amérique. Il n'a pas embarqué. Sa trace se perd en Égypte.

La route d'Olcott et de Philly se croise quelque mois auparavant, durant l'été 1911, en Irlande, dans le Kerry où le Canadien tourne des films. Philly travaille dans un petit cirque. Il est l'homme à tout faire, en fait le souffre-douleur du patron. Alors qu'il est malmené par ce dernier, les O'Kalem s'interposent. Philly raconte son histoire: il est né en Irlande, a émigré aux États-Unis, à Philadelphie mais malade, il est revenu au pays, il y a trois ans. Il a échoué dans ce cirque. Dans ses mémoires, Gene Gantier pense qu'il est tuberculeux.

Les O'Kalem lui donnent de l'argent afin de lui permettre de quitter le cirque. Ils le retrouvent le lendemain à Beaufort. Son patron a bien tenté de le dépouiller mais, il a résisté. Le cirque est parti. Il est désormais seul, un peu perdu. Ému, Olcott l'engage et le ramène à New York. Il l'embauche comme domestique. Philly le suit à Jacksonville, en Floride.

Décembre 1911, Frank Marion, le patron de Kalem assigne à Olcott une nouvelle folle aventure de l'histoire du cinéma : traverser l'Atlantique et la Méditerranée pour aller tourner des films en Égypte et en Palestine, des pays où beaucoup ignorent que les images bougent. Olcott exige que Philly soit du voyage alors que les patrons de Kalem ne l'avaient pas mis sur la liste des partants ainsi que Jack Clark et JP McGowan curieusement absents de leurs plans.

En Égypte, Olcott filme des histoires exotiques faites de jeunes Occidentales enlevées, de bandits bédouins, de beaux officiers de l'armée coloniale, de drames du désert, de chameaux et de bateaux sur le Nilů

Pour Philly, l'aventure tourne court. Il ne parvient pas à s'acclimater. Il cherche souvent querelle avec les indigènes. Il faut le rapatrier. Au Caire, Olcott lui prend un billet retour pour les États-Unis. Il disparaît sans laisser de traces.

« Personne n'entendit parler de lui », raconte Gene Gantier dans son autobiographie. Elle pense qu'il fut assassiné en Égypte. « Par chance, il ne ramenait aucun film. » (!) ( Blazing the Trail, p 159-160 ) conclut l'actrice qui visiblement n'avait pas beaucoup d'affinités avec lui.


Articles complémentaires


  Archives

 

Enfin ! La tombe d'Olcott existe. J'ai vu sa photo !

Le beau-frère de Gene Gauntier est le Bill Gates de l'époque

Happy Birthday, Miss Valentine Grant

Un meurtre dans l'immeuble d'Olcott

 

 

 

 


©2009 Michel Derrien
contact