Sidney Olcott, le premier oeil
Accueil Films Films année par année Films irlandais Vidéos Liens

 ! 

L'Irlande, le choix du coeur et de l'aventure - 1

Entre 1910 et 1914, Olcott tourne en Irlande vingt-huit films. Il est encore aujourd'hui, l'homme qui en a réalisés le plus dans l'île Verte.



Le marché aux frippes à Cork.
Illustration: Woman Home Companion, décembre 1928, p 15.

Juin 1910, Sidney Olcott débarque à Queenstown (aujourd’hui Cobh), le port de Cork. Le réalisateur est accompagné de son actrice fétiche, Gene Gauntier, et de George Hollister, son caméraman. Les Américains ne sont pas venus faire du tourisme mais des films. Une première !
Jamais encore une équipe américaine n’avait traversé les océans pour tourner des films. Une idée de Frank Marion, le patron de Kalem, toujours à la recherche d’un coup d’avance sur la concurrence, qui fera fructifier ses investissements. Pour que le public continue à voir ses films siglés Kalem, il faut que sa compagnie innove.
Marion préfère les décors naturels aux toiles peintes des studios. Il choisit des histoires que le cinéma n'imaginait pas pouvoir adapter des histoires comme Ben Hur. Ensuite, il envoie une troupe entière passer l’hiver en Floride et ramener des bandes exotiques sur la guerre de Sécession.
L’étape suivante passe bien sûr par l'étranger. Un jour, dans son bureau de New York, Marion demande à son réalisateur vedette où il aimerait tourner. Sans hésiter, Olcott répond : « En Irlande, le pays de mes ancêtres. »

suite

Bande annonce du Festival du cinéma irlandais à Boston en 2008.


©2009 Michel Derrien